French

Home

An article published by French Magazine "Le Nouvel Observateur" about the technical and scientific stimying of the Middle East around the XIe and XVe century. Following a similar article about China.
(Ursula Gauthier, "Le secret perdu de l'Islam", Le Nouvel Observateur, no 2094-95, 23 Dec. 2004, p.93)
China article.
Middle East article (this page).
Magazine cover.

Safety copy of internet version: Jan 2005. PDF File (18Mb). JPG version (16.2Mb). Source.
The Chine-Informations website maintains a copy of this article.
The Secret of the West
Cosandey



: Le secret perdu de l'islam

sur le site sur le web


Semaine du jeudi 23 décembre 2004 - n°2094_95 - Dossier



ALGÈBRE, ASTRONOMIE, ANATOMIE, GÉOGRAPHIE...

Le secret perdu de l’islam

Les Arabes ont inventé les principales disciplines qui ont permis à la science moderne de naître... ailleurs

Quand les armées du Prophète conquirent, aux VIIe et VIIIe siècles, des territoires s’étendant de l’Espagne à la Perse, ils annexèrent également les œuvres de Platon, Aristote, Pythagore, Archimède, Hippocrate… «La rencontre intellectuelle entre l’Arabie et la Grèce a eu des conséquences énormes pour l’islam et pour le monde», affirme A. I. Sabra (1), historien des sciences à Harvard. C’est à Tolède, vers 1150, que les textes antiques commencent à être traduits de l’arabe vers le latin. Trois siècles de labeur effréné finissent par transférer également le corpus scientifique arabe. «C’est ainsi, explique le médiéviste Alain de Libéra (2), que l’Occident a acquis une grande partie des savoirs qui ont permis ensuite à l’université médiévale d’exister: psychologie, physique, métaphysique, sciences naturelles, optique…» Nombre de ces disciplines sont fondées par les géants de la pensée arabe sur une démarche authentiquement scientifique – à la fois formulée en termes mathématiques et mise à l’épreuve de l’expérimentation. De Paris à Padoue, c’est Avicenne, un philosophe et médecin né à Boukhara, qui incarnera pendant cinq siècles l’exigence d’une pensée rationnelle. Et on pense que les théories développées par le mathématicien Al-Tusi (XIIIe siècle) afin de corriger les défauts du système de Ptolémée ont exercé une influence décisive sur la réflexion de Copernic.

Pourtant l’histoire de la science musulmane est un «champ quasi vierge», déclare Sabra. Selon lui, des milliers de manuscrits conservés dans les bibliothèques du monde n’ont jamais été lus par les chercheurs modernes. Il faut en finir avec l’idée que l’islam serait incompatible avec l’esprit scientifique.

Ce serait même le contraire, affirme l’historien britannique David King (3). Devant naviguer dans les déserts, les Arabes étaient depuis toujours familiarisés avec les étoiles. Mais l’exigence de se tourner vers La Mecque pour la prière rendait indispensable une science précise des dimensions et de la forme terrestres. Les plus grands esprits se sont donc attelés à la production de tables qui indiquaient la qibla (l’orientation sacrée) en tout point de l’immense monde musulman, de Cordoue à Ispahan. D’où un essor sans précédent de l’astronomie, de la géographie et des disciplines liées.

Plus fondamentalement, le Dieu de Muhammad commande au croyant de lire la nature pour y trouver Ses signes. La science est pour les musulmans une autre façon d’expérimenter l’unité de la création. «Toute personne qui étudie l’anatomie augmente sa foi dans l’omnipotence et l’unicité de Dieu tout-puissant», disait Averroès, le grand savant et philosophe andalou du XIIe siècle. Il est – avec Avicenne – l’auteur d’une philosophie du libre arbitre qui concilie la Révélation avec la pensée d’Aristote. Une sorte de scolastique en somme mais, contrairement à son pendant européen, une scolastique «éclairée» qui joue un rôle moteur dans l’essor scientifique de l’islam. Sous les coups simultanés des croisés à l’ouest et des Mongols à l’est, le déclin de l’empire arabe provoque un repli doctrinal, mettant fin au foisonnement des écoles théologiques. La synthèse miraculeuse étant perdue, le stéréotype de l’islam orthodoxe et obscurantiste pouvait naître.

(1) «The Enterprise of Science in Islam», MIT Press, 2003.
(2) Sur Averroès, «l’Intelligence et la Pensée», Flammarion, 1998.
(3) «Astronomy in the Service of Islam», Aldershot, 1993.


Ursula Gauthier





 Envoyer cet article à un(e) ami(e)

Dans la rubrique "Dossier" :
 Le nouveau choc  1 - Qui sommes-nous ?   Les inconnues de l’Univers  Les incertitudes de la matière  Dieu, les dés, et le boson de Higgs  Les mystères de la Vie  La mouche, son oeuf et l’asticot  Les énigmes de l’homme  «La religiosité cosmique ignore les dogmes»  2 - L’histoire : Des siècles d’affrontement  Moyen Age : le temps de l’ambiguïté  Quand la science se fait religion  La révolution de Charles Darwin  Le grand malentendu  XXe siècle: le temps du doute  Le secret perdu de l’islam  3 - L'homme moderne : Le nouveau choc  Quand les savants déjantent  Biologie de la foi  L’ADN, dieu moderne  Le secret du Créateur?  Clonage et damnation  Les ayatollahs de la nature  Le combat des créationnistes  Dieu, la science et le libéralisme  Les scientifiques  "La vie est inscrite dans le cosmos"  Les scientifiques et Dieu  L'affaire Galilée  La controverse de Valladolid

Retour à l'index



DÉCEMBRE 2004
semaine 1 semaine 2
semaine 3 semaine 4
semaine 5
Rechercher




© Le Nouvel Observateur 2003/2004
Conformément à la loi "Informatique et Liberté" n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu'elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Nouvel Observateur 2003
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
La fréquentation de ce site est contrôlée et certifiée par Diffusion Contrôle
Le Quotidien Permanent



Created: 19 Feb 2005 – Last update: 07 Sep 2010