French

Home

Review article about Le Secret de l'Occident (1997), by Arnaud Parienty, published in May 1998 in La Recherche, the leading French science magazine.
(La Recherche, Paris, paper edition, issue 309, May 1998, p.78).
Safety copy of the internet version: Jul 2000. Black&white PDF, color PDF.

Other articles by Arnaud Parienty on this site: article2 (Nov1998), article3 (Nov2004).
The Secret of the West
Cosandey


 N 309 | MAI 1998 | RENDEZ-VOUS
D. COSANDEY
LE SECRET DE L'OCCIDENT
470 p
Arléa
1997
175 F

Pour acheter ce livre avec

Sid

Alapage

(Les liens avec Alapage et SID sont générés automatiquement. Tous les ouvrages ne sont donc pas nécessairement disponibles dans leurs fonds.)


Critique par :
ARNAUD PARIENTY



LE SECRET DE L'OCCIDENT

Etat nation, Etat savant?
Pourquoi la science moderne est-elle née en Europe et pas ailleurs ? C'est cette question passionnante et épineuse que l'auteur prétend résoudre. Il y apporte une réponse claire : l'Europe a été la seule région à bénéficier A : d'une économie florissante et B : d'une division politique stable, permettant la concurrence sans le chaos. Les idées ont donc fleuri sans que le prince puisse les étouffer lorsqu'elles remettaient en cause la vision du monde dominante. Et les savants ont été courtisés par le pouvoir et les marchands, car la guerre comme le commerce les rendaient précieux.

Ces traits A et B seraient eux-mêmes liés à la forme du continent européen qui sépare et unit les Etats par les mers de telle façon que des Etats stables peuvent se maintenir, sans être pour autant isolés du reste du monde. L'auteur appelle thalassographie l'étude du découpage des terres ; elle lui semble suffisante pour expliquer pourquoi l'Europe seule a connu une division politique en Etats pérennes. Appuyé sur une masse de données précises et intéressantes dans des domaines variés, l'ouvrage développe sa thèse avec conviction. Il explore l'histoire scientifique de l'Occident, mais aussi les raisons pour lesquelles d'autres civilisations développées (Islam, Chine, Inde) se sont arrêtées en chemin.

On se permettra néanmoins de formuler quelques désaccords : l'auteur affirme être le premier à avoir trouvé la clef du développement scientifique. Mais il ne démontre pas vraiment une thèse indémontrable ; les phénomènes complexes ont rarement des causes uniques. Ainsi, les explications culturalistes (influence de la religion, du rapport au monde...) recèlent certainement aussi leur part de vérité. Par ailleurs, le rôle de la division politique stable avait déjà été mis en évidence (par Jean Bæchler par exemple). Inversement, le rôle négatif des empires bridant les marchands est un thème récurrent chez Fernand Braudel. Quant à l'ordre des facteurs, comment être sûr ? Le progrès scientifique C est-il né de A et B, ou de A lui-même né de B et d'autres facteurs ? Les causalités n'ont-elles pu jouer dans les deux sens ?

En outre, l'auteur n'emporte pas la conviction lorsqu'il affirme l'actualité de son schéma d'explication fondé sur la forme des continents : l'espace n'est plus aussi déterminant qu'il le fut ; le progrès scientifique et technique doit moins aux recherches militaires qu'autrefois (comme l'a bien montré François Chesnais dans L'armement en France , Nathan, 1992).

Un livre à thèse, passionné et souvent passionnant, parfois agaçant et peu nuancé, mais toujours stimulant.

D. COSANDEY




Created: approx. Aug 2000 – Last modified: 06 May 2012